Logo du CATP
Centre d'Accompagnement
Thérapeutique Pluridisciplinaire
Un accompagnement thérapeutique, un envol pour un mieux-être...
personne sur le divan en psychanalyse

Psychanalyse

Créée par Sigmund Freud (1856-1939) à la fin du XIXe siècle, la psychanalyse est la première forme de thérapie de la psyché. Elle est basée sur la parole et sur la notion d'inconscient.

En effet, la démarche analytique implique une immersion dans les profondeurs du psychisme. Elle s'intéresse au passé, particulièrement à l'enfance, aux traumas, aux rêves, aux actes manqués et autres symptômes. C'est pourquoi la psychanalyse s'inscrit dans la durée, généralement plusieurs années.
La psychanalyse ne vise pas à résoudre un problème sur le court terme ; si telle est votre priorité, privilégiez plutôt une thérapie brève. Dans le cas où vous souhaitez mieux vous connaître et vous comprendre et par là modifier votre vie en profondeur, la cure analytique est tout indiquée.

Par la compréhension de son passé, par les révélations à soi-même, on arrive à une libération des symptômes, angoisses et inhibitions, ce qui aboutit à des changements concrêts.

Comment se déroule une psychanalyse ?

Le premier rendez-vous est une prise de contact : le patient explique la raison de sa venue, l'analyste détermine si l'analyse est indiquée, s'il peut ou non suivre cette personne et, le cas échéant, explique le principe de la psychanalyse. C'est également lors du premier rendez-vous que l'on décide de la fréquence et de la durée des séances. Généralement, la fréquence est d'une à trois fois par semaine et la durée des séances de 30 à 50 minutes, mais cela dépend de l'analyste et du patient (budget, cas particulier...).

Les premières séances se font généralement en face-à-face et permettent de poser les bases de l'analyse, de situer l'analysant dans son contexte familial et social, d'identifier ses symptômes, difficultés et points de blocage.

La seconde phase se passe sur le "divan" : l'analyste se situe en dehors du champ de vision, ce qui permet de libérer la parole, de se laisser aller au fil de ses pensées car il importe de verbaliser tout ce qui se passe en soi. L'analysant parle de tout ce qui le concerne, de tout ce qui le préoccupe, que ce soit par rapport à sa vie présente ou à des événements du passé, de ses rêves, ses actes manqués et bien entendu, de son ressenti, le tout en effectuant des "associations libres", c'est-à-dire en exprimant ses pensées comme elles viennent, même s'il n'y a pas de lien apparent entre elles. Ces liens existent mais au niveau de l'inconscient, ce que l'analyse mettra en lumière.

Par les révélations qui surgiront inévitablement au cours de l'analyse, par la compréhension de son Moi profond, l'analysant aboutit à une libération, une levée du refoulement et à une évolution personnelle positive qui se traduit tant dans une modification de son point de vue (représentation de soi, des autres...) que de son fonctionnement et sa manière d'être dans le monde.

Bien que le principe et le but soient globalement les mêmes, l'on distingue généralement plusieurs types de psychanalyse :

- Psychanalyse freudienne : Il s'agit de la première et de la plus classique des approches, suivant de près les théories et la pratique de Sigmund Freud (1856-1939). Le psychanalyste freudien est généralement plus en retrait et pratique une écoute bienveillante. Le cadre est bien défini et les séances ont une durée fixe de 45 à 50 minutes.

- Psychanalyse lacanienne : Partant des théories de Jacques Lacan (1901-1981), davantage inspirées de la philosophie et des sciences sociales, l'analyste lacanien peut surprendre et déstabiliser le patient. Le cadre est moins rigide, en particulier dans la durée des séances qui est plus variable : l'analyste arrête la séance à un moment-clef du discours de l'analysant, afin de l'amener à une prise de conscience  (c'est ce que Lacan nommait la "scansion").

Certains analystes s'inspirant des deux approches se disent "freudo-lacaniens". Rappelons que Lacan se disait "freudien" et que ses théories s'inscrivent dans la continuité de celles de Freud.

- Psychanalyse jungienne : Carl Gustav Jung (1875-1961) est l'un des disciples de Freud. Il s'est écarté de certaines théories de ce dernier tout en conservant des concepts fondamentaux tels que l'inconscient, l'analyse des rêves et la thérapie par la parole. S'inspirant des mythologies et religions, il a développé le concept d'inconscient collectif, soit une pensée commune à l'humanité et des archétypes partagés par toutes les cultures. Il insiste également sur la réconciliation entre animus et anima, parts masculine et féminine présentes chez tout être humain et sur le développement de soi. En psychanalyse jungienne, le travail se base essentiellement sur le décodage des rêves. Ce travail permet à la fois de visiter le « pourquoi » de nos soucis de mais aussi le « pour, quoi ». Il y a donc une interrogation sur la finalité. Quel est le sens de tout ce qui émerge là ! Les séances durent 1h et se font soit en face à face, soit allongé sur le divan à un rythme d’une fois par semaine.


Enfin, précisons que les indications données ci-dessus au sujet des différentes approches sont très générales : la personnalité et le parcours de l'analyste ont un impact considérable sur sa manière de travailler et de conduire la cure analytique.















Membres psychanalystes freudo-lacaniens du CATP :
Membres psychanalystes jungiens du CATP :